Back to Top

Premier projet couture à se voir conté sur le blog, le body Lana a lui aussi sa petite histoire… L’an dernier, à l’automne, la blogueuse Lisa Gachet de Make My Lemonade avait sorti de jolis bodys dans sa marque de prêt à porter, Wear Lemonade. Dans des plumetis noir et chair, j’avais rapidement craqué commandant la version noire… Mais j’avais été très déçue à la réception car une fois de plus, impossible de rentrer dans leur taille 42. Bras trop étroits, tissu tout tiré en hauteur et culotte trop serrée. Il avait donc été renvoyé illico presto, et je m’étais convaincue que les bodys n’étaient pas faits pour moi.

Mais j’ignorais que le body Lana allait sortir en patron dans le numéro spécial de Modes et Travaux en collab avec Make my Lemonade, et lorsque je l’ai croisé dans ce fameux magazine (qui d’ailleurs n’a pas été facile à trouver !), j’ai tout de suite pensé à l’un de mes tissus qui attendaient sagement son tour dans un tiroir : une viscose légère noire à pois blancs irréguliers. C’était parti pour le projet du weekend !

 

Quel niveau de difficulté pour le body Lana ?

Il est indiqué Débutant, mais il y avait quelques petites choses pas faciles, j’étais contente d’être accompagnée par ma mère qui s’y connaît bien plus que moi.

Durée totale du projet : un weekend – près de 2 jours (je débute en couture et suis assez lente)

Body-lana

Comment le refaire pareil ?

Mon tissu dormait dans le stock, il avait été acheté lors d’une foire aux tissus donc j’aurais du mal à vous le prescrire.

J’ai fait la plus grande taille, le 46. Je mentirais si je disais que mon égo n’en a pas souffert, mais en même temps comme le 42 des vêtements (prêt à porter) Wear Lemonade ne me va jamais, ça ne m’a pas non plus beaucoup surprise. J’ai un peu de marge au final et je pourrai refaire le modèle en 44 la prochaine fois.

Plusieurs modifications ont été réalisées sur ce projet :

  • D’abord, on était assez déçues de découvrir que pour la partie culotte, le modèle se contente de suggérer qu’on prenne une culotte existante pour la fixer à la blouse cousue. Certes, mais… quid de l’ouverture ? Ce n’est pas franchement pratique !
  • Du coup, on a trouvé un shorty à réaliser dans un Fait Main (Août 2006 – ensemble lingerie), réalisé par ma mère et réadapté en rajoutant des pressions sur l’entrejambe séparée en deux. Coup de bol, on a trouvé un vieux jersey de coton assez strech noir dans nos tissus qui traînent, donc on a même pu faire de la récup…
  • Petite bourde sur les propretés, ces rabats que nous avons d’abord pris pour des parmentures traditionnelles… Nous les avions donc encollées avec de la triplure avant de les décoller en réalisant l’erreur !
  • Pour moi qui suis assez grande, il a fallu rajouter 5 cms au devant et au dos afin de garder un effet blousant (les mesures se basent sur une femme d’1,65m, j’en fait 1,78, donc ça reste logique).

Bon, évidemment, il faut prévoir un petit top en-dessous… le cache-coeur fait un décolleté relativement profond ! On lui a mis une pression centrale pour ne pas qu’il s’ouvre totalement en permanence malgré cela.

Je suis ravie du résultat pour ce tout premier body et je pense vraiment le refaire ! J’aime tout particulièrement les propretés, ces fameuses bandes surpiquées sur les bords du décolleté et des manches, que nous avions pourtant failli ne pas faire.

En revanche, un tout petit peu déçue par le niveau des patrons de Make my Lemonade qui est une marque que j’affectionne mais dont le travail sur ce patron était un peu léger : pas de marque de milieu devant, pas de marque aux manches pour l’avant et l’arrière (elles étaient quasi-symétriques), et évidemment comme cité plus haut : pas de patron de culotte… Sans compter que le métrage annoncé était vraiment large, puisque j’ai fait la taille 46 avec 5cm de plus partout et n’ai quand même pas utilisé tout mon tissu de 1,70m.

Mais au final, le résultat est tout de même à la hauteur !

Ce que j’ai préféré ?

Les coutures anglaises et le fait de former une bandelette tout du long des pans de devant, en la cousant à ras sur l’endroit : ça rend vraiment comme un vêtement acheté dans le commerce, en terme de finitions.

Crêpe fille #1. Addict au tricot moderne et à Ravelry, je ne quitte jamais mes aiguilles. Un peu de couture et à de rares occasions, on peut me trouver avec un crochet en main - pour en faire quoi, je ne suis pas sûre de savoir :-)

1 Comment on this topic

    • Margot

      05/03/2018 at 7:42

      Super joli, bravo, tu marches dans les pas de ta Maman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *