Back to Top
Robe Aldaia de Pauline Alice

Ca y est, un nouvel article sur le blog, et ce sera un article couture ! La dernière fois, je vous parlais de ma blouse Serre d’Auteil. En la réalisant, j’avais eu un petit pétage de plomb parce qu’elle était très difficile pour moi. J’avais dû laisser ma mère gérer l’encolure, et bien que j’adore quand ma mère m’aide en couture, je trouve ça frustrant quand j’en suis rendue à la regarder faire mes projets car je n’y arrive pas toute seule.

Donc, je me suis remise en question, et on a décidé avec ma petite maman de me remettre sur les rails en reprenant des patrons plus adaptés à mon niveau – c’est à dire, des patrons débutants ou faciles. C’est là qu’elle m’a recommandé la robe Aldaia de Pauline Alice, qu’elle avait en stock sans l’avoir encore réalisée. Ca tombait bien car j’avais 3m de tissu plumetis couleur menthe, acheté à l’Atelier de la création pendant l’AEF, tout élastique et dans lequel je voulais me faire une robe pour un mariage à venir. Vendu !

La robe Aldaia de Pauline Alice est un patron tout simplement génial car il propose 3 types de manches, 3 types de haut, et 3 types de bas. En tout, c’est 27 robes que vous pourrez réaliser ! Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que c’est franchement bien coupé et facile à réaliser. Pile ce qu’il me fallait pour me redonner confiance.

J’ai opté pour les manches 3/4, le haut cache-coeur croisé (astucieusement rentré avec les pinces de la poitrines pour éviter de couvrir tout le buste), et le bas évasé un peu virevoltant. La voici portée au fameux mariage, lors d’une accalmie (eh oui, on a eu un mariage provençal sous la pluie !)

 

Quel tissu utiliser pour la robe Aldaia ?

Etant donné que la robe ne comporte pas de fermeture éclair, il vous faut clairement un tissu extensible, avec au moins 5% d’élasthane (je crois que le patron permet de vérifier si votre tissu est assez élastique à l’aide d’une gradation).

Le plumetis de l’Atelier de la création que j’avais choisi est vraiment un tissu de rêve : très facile à coudre, il ne glisse pas. Il a un beau tombé lourd et fluide. Il est doux. En bref, je suis fan ! D’ailleurs, j’avais aussi pris près de 2m en coloris rose pâle que je vous montrerai bientôt, ils sont aussi passé à la machine pour un autre modèle…

(Vous aurez peut-être remarqué mon beau Open Sky Shawl qui est décidément le compagnon de toutes mes tenues de mariage…!)

Quel niveau de difficulté ?

Vous l’aurez compris : c’est une robe simple ! L’option de haut cache-coeur fonctionne très bien et n’est pas foncièrement plus compliquée que les autres. J’ai mis une journée à coudre ma robe (sauf l’ourlet que j’ai dû faire plus tard), ce qui pour moi est un exploit. Je la recommande vraiment aux débutantes.

Robe_aldaia_paulinealice-crepemerinos
Les yeux fermés, c’est cadeau -.-

Comment la refaire pareil ?

Je n’ai pas utilisé tous mes 3m de tissu : j’avais au départ beaucoup rallongé la jupe (d’une quinzaine de cms environ) car je suis assez grade, mais à l’ourlet, j’en ai retiré 3 pour arriver au-dessus du genou.

J’ai réalisé une taille 46 -malheureusement, il semblerait qu’avec mon poids actuel, ce soit ma taille dans tous les patrons…

Côté personnalisation, j’ai opté pour un fil doré, rapporté d’Inde, pour faire les surpiqures de l’encolure, des manches et du bas. Ca ne se voit qu’en mettant le nez dessus, mais ça me plaît comme ça ! C’est le petit détail qui brille. Je voulais au départ mettre un passepoil brillant le long du col, mais je n’avais pas de passepoil extensible et ç’aurait été risqué d’en mettre un droit vu que la robe est élastique.

robe_aldaia_pauline
Vous le voyez, le petit fil doré ?

Ce que j’ai préféré ?

Le modèle modulable : j’ai déjà acheté du tissu pour refaire cette robe qui a tout bon, mais avec un bas droit cette fois… Allez-y les yeux fermés !

 

Une petite dernière pour la route : la photo de 2 crêpes et donc d’une autre robe qui devrait bientôt arriver elle aussi sur le blog… si ma petite maman se décide à bloguer 😉

Crêpe fille #1. Addict au tricot moderne et à Ravelry, je ne quitte jamais mes aiguilles. Un peu de couture et à de rares occasions, on peut me trouver avec un crochet en main - pour en faire quoi, je ne suis pas sûre de savoir :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *